Présentation

 

 
Le Réseau francophone des régulateurs des médias (REFRAM) a été créé à Ouagadougou le 1er juillet 2007.
 
Le président du REFRAM est actuellement M. Ibrahim Sy Savané, président de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle de Côte d’Ivoire  et le vice-président, M. Philippe Metzger, directeur général de l'Office fédéral de la communication suisse.  Le secrétariat permanent du Réseau est assuré par le Conseil supérieur de l’audiovisuel français.
 
 
 
Missions :
 
La vocation du REFRAM est d’œuvrer à la consolidation de l’Etat de droit, de la démocratie et des droits de l’Homme.
 
En application de ses statuts, le REFRAM vise à l’établissement et au renforcement de la solidarité et des échanges entre ses membres. Il constitue un espace de débats et d’échanges d’information sur les questions d’intérêt commun et contribue aux efforts de formation et de coopération entre ses membres.
 
Le REFRAM est pour ce faire habilité à entreprendre toute action nécessaire à la poursuite de ses objectifs, et en particulier à :
 

encourager la connaissance mutuelle de ses membres, du mode d’exercice de leurs missions respectives, notamment par des échanges de bonnes pratiques ;

organiser des séminaires de travail portant sur la régulation des médias au bénéfice de ses membres ;

entretenir toute relation utile avec les organisations ou réseaux aux objectifs similaires ou complémentaires et exercer toute autre activité en accord avec les objectifs du Réseau.

 
 
Membres :
 
Vingt-neufs autorités de régulation chargées des médias en provenance de vingt-sept pays ont adhéré au REFRAM.
 
Le Conseil national de la radio et de la télévision (Albanie), le Conseil supérieur de l’audiovisuel de la communauté française de Belgique (Belgique), la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (Bénin), le Conseil des médias électroniques (Bulgarie), le Conseil supérieur de la communication (Burkina Faso), le Conseil national de la communication (Burundi), le Conseil national de la communication (Cameroun), le Haut Conseil de la communication (Centrafrique), le Conseil supérieur de la liberté de communication (Congo-Brazzaville), le Conseil national de la communication audiovisuel (Côte d’Ivoire), le Conseil supérieur de l’audiovisuel (France), le Conseil national de la communication (Gabon), le Conseil national des programmes (Luxembourg), Le Conseil supérieur de la communication (Mali), le Comité national de l’égal accès (Mali), la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (Maroc), la Haute Autorité de la presse et de l’audiovisuel (Mauritanie), la Haute autorité des médias (République démocratique du Congo), le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Sénégal), le Haut conseil de la communication (Tchad), la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (Togo), la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle de Tunisie (HAICA), le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (Canada), l’Office fédéral de la communication (Suisse), le Conseil national de l’audiovisuel (Roumanie), le Conseil coordinateur de l’audiovisuel (Moldavie), le Conseil national de l’audiovisuel (Liban), le Conseil national de la communication (Guinée) et le Conseil supérieur de la communication (Niger) .
 
 
L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est observateur du Réseau.